Améliorez l’expérience de vos employés grâce au droit à la déconnexion

03 novembre 2016

Validée en août 2016 après de nombreuses controverses, la loi travail de Myriam El Khomri pourrait bien bouleverser le quotidien des entreprises. Au cœur de ce texte de loi, une notion passée presque inaperçue : le droit à la déconnexion. Véritable enjeu pour les entreprises et leur marque employeur, la mise en place du droit à la déconnexion sera bientôt obligatoire à partir du 1er janvier 2017.

Le droit à la déconnexion est né de l’évolution des modes de travail, aujourd’hui largement numérisés. Munis de tablettes, ordinateurs portables et Smartphones, les employés sont de plus en plus incités à travailler hors du bureau, lors de déplacements ou une fois arrivés chez eux. La frontière entre vie personnelle et professionnel est mince, parfois inexistante. Selon une étude de l’Apec, seulement 23 % des cadres se déconnectent systématiquement en dehors de leur temps de travail .

Cette digitalisation de l’emploi soulève de nombreuses questions sur la santé des employés et leur bien-être. Un employé qui ne se déconnecte jamais est plus enclin au stress et à l’épuisement professionnel, ce qui se traduit, au travail, par une perte de productivité, de mauvaises relations avec ses collaborateurs et des prises de décision hâtives ; autant de situations pouvant au final conduire au burn-out.

Les applications du droit à la déconnexion

Alors concrètement, comment mettre en place le droit à la déconnexion ? Plusieurs entreprises avaient déjà instauré de nombreuses règles, créant une coupure une fois l’employé sorti du bureau. C’est par exemple le cas d’une entité de Volkswagen qui met en veille les serveurs une fois les bureaux fermés, entre 18h15 et 7h le lendemain.

Autre exemple, le constructeur automobile Daimler-Benz qui a mis en place le « Mail on Holiday », proposant aux employés en vacances d’effacer automatiquement les mails reçus. L’expéditeur en est évidemment informé et est invité à contacter la personne à son retour de congés ou à contacter un autre employé.

Le droit à la déconnexion peut donc prendre plusieurs formes : mise en veille des serveurs, captation et redistribution des mails, ou tout simplement sensibilisation des employés via une charte de bonnes pratiques les aidant à mieux organiser leur temps de travail.

Un avantage pour votre marque employeur

Vous l’aurez donc compris, en plus d’être obligatoire, le droit à la déconnexion vous offre de nombreux avantages. Maîtriser l’usage des nouvelles technologies des collaborateurs ne fera qu’améliorer leur bien-être au travail, mais aussi leur qualité de vie en général. En effet, 63 % des employés ont déclaré qu’être constamment connecté perturbait leur vie personnelle tandis que 60 % ont admis que cette situation affectait négativement leur qualité de vie .

En instaurant des limites claires ou en organisant des formations sur les bonnes pratiques à adopter, les employés aborderont leurs journées de travail plus sereinement, et pourront pleinement se reposer une fois rentrés chez eux. L’expérience employé en sera donc renforcée et les salariés, moins stressés, deviendront naturellement de meilleurs ambassadeurs de l’entreprise, communiquant ces nouvelles initiatives à leurs proches et sur les réseaux sociaux professionnels tels que Viadeo.

Toute notre actualité sur Twitter : @ViadeoRecruteur

Plus d'actu

Viadeo confirme sa place de N°1 des avis en France sur les entreprises !

30 novembre 2018

Viadeo confirme sa place de numéro 1 en France avec plus de 6,6 millions d’avis sur les employeurs...

Comment répondre à un avis sur votre entreprise

06 novembre 2018

Vos employés ou anciens employés ont évalué votre entreprise? Excellente nouvelle, ce sont des informations très recherchées par les potentiels candidats.

Les cadres changent, Cadremploi aussi !

25 octobre 2018

C’est la rentrée, Cadremploi fait peau neuve, avec au programme : un nouveau site et une nouvelle application mobile, une nouvelle baseline, une nouvelle charte relationnelle, une refonte de l'expérience utilisateur.

>